Projets plus anciens →

Action d'initiation au bénévolat - 2017

Action d'initiation au bénévolatAction d'initiation au bénévolat

Depuis 2013, l'iriv mène en partenariat avec le Collège Blaise Pascal (Massy, Essonne) une action d'initiation au bénévolat auprès de jeunes collégiens en classe de 3ème.

Elle a d'abord été menée dans le cadre du projet projet européen Success at School through Volunteering - SAS (2012-2014) Initié par l'iriv avec l'Université de Northampton (Royaume-Uni) et développé dans le cadre du programme "Former et Eduquer tout au long de la Vie", Sous-programme Comenius. Il avait pour but de proposer à des jeunes (14-20 ans) habitant dans des quartiers sensibles une stratégie originale, basée sur un engagement bénévole, pour favoriser leur réussite scolaire. Six pays ont été associés : le Royaume-Uni  (leader), la France (initiateur), la Bulgarie, l'Italie, le Portugal, et la Slovénie. Ce projet a été classé premier de l'appel à projet Comenius 2012- tous les pays de l'Union européenne en compétition.

A l'issue du projet SAS, l'équipe européenne avait insisté sur la nécessité de proposer une formation et un accompagnement pédagogique plus développé auprès des éducateurs- enseignants et professionnels travaillant dans les associations ou les collectivités locales auprès des jeunes. Le projet Schola (2016-2018), initié par le collége Blaise Pascal avec iriv conseil,  rassemble une nouvelle équipe européenne. Cinq pays sont associés: la France (leader), la Belgique, l'Italie, la Pologne et la Slovénie.

Lire la suite →


ISOTIS - Education inclusive et soutien social pour lutter contre les inégalités dans la société (2017-2019) - 2017-2019

ISOTIS - Education inclusive et soutien social pour lutter contre les inégalités dans la société (2017-2019)ISOTIS - Education inclusive et soutien social pour lutter contre les inégalités dans la société (2017-2019)

Dans le contexte de diversité croissante, la mobilité sociale des enfants appartenant à des familles désavantagées ne dépend pas seulement des résultats obtenus à l’école, mais aussi de leur insertion sociale et culturelle. L’un des enjeux majeurs de nos sociétés occidentales est leur hétérogénéité croissante (Putnam, 2007). Elle ne concerne pas seulement les différences entre groupe ethniques et culturels mais également les différences entre ces groupes (Crul, 2015). Vertovec (2006) a choisi le terme de super-diversité pour se référer à cette interface complexe d’ethnicité, de religion, de langue, de traditions, de valeurs culturelles et de pratiques. Les systèmes éducatifs européens sont au centre de cette super-diversité. Elle est pourtant contestée dans les classes (Valdes, 1998). La manière dont les élèves issus de groupes minoritaires, immigrés ou culturels, peuvent réussir à l’école n’est pas seulement liée à leurs attitudes, leur statut socio-économique et l’éducation initiale mais aussi à la qualité et à l’ouverture des systèmes éducatifs (OCDE, 2015).

Liée à la diversité culturelle, la diversité linguistique s’est aussi accrue. Elle est un enjeu des systèmes éducatifs (Gogolin, 2002; van Gorp & Moons, 2014; Young, 2014; Vetter, 2013). Avec une immigration soutenue de pays tiers (non membres de l’Union européenne), la migration intracommunautaire, et l’arrivée récente de familles de réfugiés, le nombre d’enfants qui apprennent une langue à l’école qui est pour eux une seconde langue (allophones) a augmenté singulièrement (Akgündüz et al., 2015a; Eurostat, 2015). Les enfants allophones montrent des difficultés scolaires persistantes plus importantes que celles liées à un statut socio-économique peu élevé (Crosson & Lesaux, 2013; Leseman & van Tuijl, 2006; Stanat & Christensen, 2006). Même si le multilinguisme est encouragé, l’actuelle super-diversité linguistique pose de nombreux problèmes pour la formation, la pédagogie et les compétences des professeurs.

Les enfants nés dans des familles à bas revenus, souvent avec des origines populaires sur plusieurs générations, montrent aussi des difficultés scolaires persistantes. De plusieurs manières, ces familles forment des communautés culturelles avec des croyances, des valeurs, des pratiques et des manières de parler partagées (Bernstein, 1975; Heath, 1983; Lareau, 2003; Leseman & van Tuijl, 2006). Le soutien aux familles et à l’éducation précoce sont également recommandées pour empêcher des difficultés scolaires dans ces groupes. Dans les quartiers sensibles, les familles nationales à bas revenus vivent souvent avec des familles immigrées dans un contexte incroyablement divers et multilingue. Elles partagent les services locaux en particulier pour la petite enfance et mettent leurs enfants dans les mêmes écoles. Des tensions reflètent la rivalité entre ces groupes, de faibles contacts interculturels et un soutien en baisse pour l’insertion multiculturelle qui mine la cohésion sociale (van der Meer & Tolsma, 2014).

Les tendances à la ségrégation sont particulièrement manifestes dans les écoles primaires et secondaires, avec des écoles qui deviennent « blanches » de manière prédominante, d’autres « noires » ou avec une prédominance de minorités ethniques, donc la ségrégation est également présente dans les systèmes de petite enfance (Vandenbroeck, 2015). La ségrégation sociale et ethnique crée une autre forme de diversité dans la qualité des environnements d’apprentissages (Brunello & Checchi, 2007). Une forte concentration d’enfants avec des difficultés dans une seule école entraine une accumulation de risques liés à la famille et de retards cognitifs qui diminuent l’efficacité de l’enseignement, entraînent une baisse des attentes des professeurs, et menacent le climat social dans les écoles (Cadima et al., 2013; Loeb et al., 1998; de Haan et al., 2013; Wright & Neuman, 2014).

Lire la suite →


Schola-un tutorat pour les éducateurs pour valoriser un bénévolat - 2016-2018

Schola-un tutorat pour les éducateurs pour valoriser un bénévolatSchola-un tutorat pour les éducateurs pour valoriser un bénévolat

Initié par le Collège Blaise Pascal (Massy, Essonne) avec iriv conseil, le projet Schola - sélectionné lors de l'appel à projet Erasmus + 2016 - réunit une équipe européenne en France, en Belgique (Karel De Grote Hogeschool, Anvers), en Italie (Université delli Studi Perugia, Pérouse), en Slovénie (ZRC-SAZU), et en Pologne (Université Jagiellonski, Cracovie). Elle a pour objet de proposer un accompagnement aux éducateurs- enseignants et professionnels travaillant dans les associations- pour valoriser l'expérience bénévole de collégiens- en termes de connaissances et de compétences acquises.

Le projet Schola a pour ambition de proposer un programme de formation pour les enseignants et éducateurs (bénévoles et salariés) dans les associations proposant des actions d’accompagnement à la scolarité, qui leur permette : d’acquérir des connaissances sur les raisons d’un échec scolaire et les stratégies mises en œuvre, aux niveaux national et européen, pour lutter contre le décrochage scolaire ; de comprendre le rôle particulier joué par les enseignants/éducateurs, au sein de la communauté éducative, entre les familles et les écoles ; d’apprendre à apprendre en insistant sur les compétences clés et les différents types d’apprentissages (formels, non formels, informels); de s’exercer à des stratégies complémentaires de l’école, par exemple basée sur une expérience associative acquise par les jeunes.

FranceBelgiqueItaliePologneSlovenie

Lire la suite →


Key Tutors- former des tuteurs aux compétences clés - 2015-2017

Key Tutors- former des tuteurs aux compétences clésKey Tutors- former des tuteurs aux compétences clés

Le projet Key Tutors intègre les 8 compétences clés établies par la Commission et le Parlement européens (2006) et prend en compte les nouvelles approches qui combinent la pluralité des publics cibles et leurs besoins pour gérer les transitions du monde de l'éducation vers le monde du travail ainsi qu'une diversification des tuteurs qui ne sont pas formés à l'accueil de ces publics.

FranceEspagneFinlandeLituaniePologne

Lire la suite →


Di&Di- promouvoir la diversité en luttant contre les discriminations - 2013-2015

Di&Di- promouvoir la diversité en luttant contre les discriminationsDi&Di- promouvoir la diversité en luttant contre les discriminations

Le projet Di&Di a pour objet de proposer un outil et une méthode pour accompagner deux groupes spécifiques sur le marché du travail : les jeunes diplômés et les femmes sans qualifications, les deux partageant un parcours migratoire ; les professionnels chargés de l’insertion professionnelle. Il proposera une formation pour ces publics et un accompagnement pour les formateurs/tuteurs qui tiennent compte de leurs besoins spécifiques et des obstacles particuliers rencontrés, qui valorisent leur parcours et leur permettent de préciser leur profil professionnel en fonction de critères positifs (et non d’emplois imposés).

L'innovation du projet Di & Di est de s’adresser directement aux publics avec un parcours migratoire pour les soutenir sur le marché du travail avec une diversité en termes d’âge (jeunes/adultes) et en termes de qualification. Il associe également les professionnels de l’emploi et les personnes chargés du recrutement pour leur permettre de rendre la diversité tangible sur le marché du travail.

 

FranceAllemagneBulgarieItalie

Lire la suite →




Projets plus anciens →